La CIA admet devant le Congrès qu’elle emploie les grands médias pour distribuer de la désinformation

William Casey

On a vérifié auprès d’une source affirmant qu’elle était présente que William Casey, alors directeur de la CIA, a effectivement prononcé, apparemment en 1981, ces paroles controversées et souvent remises en question : « Nous saurons que notre programme de désinformation est achevé lorsque tout ce que croit le public américain est faux ».

Malgré le fait que Casey ait fait l’objet d’une enquête par le Congrès pour son rôle dans une importante campagne de désinformation entourant le renversement du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, en 1981, et malgré le fait que Casey ait affirmé publiquement la même année que la CIA devrait être autorisée à diffuser de la désinformation par l’entremise des grands médias, cette citation continue d’être réfutée par des gens qui n’étaient pas présents et qui apparemment ne peuvent pas croire qu’un directeur de la CIA ait pu dire une telle chose.

Toutefois, répandre de la désinformation est exactement ce que la CIA ferait — et a fait.

La vidéo ci-dessous contient un extrait d’un témoignage remontant à 1975 lors d’une audience du House Intelligence Committee* où l’agence admet publiquement que la CIA crée et diffuse de la désinformation à l’endroit de la population américaine.

*Comité du Congrès des représentants des États-Unis chargé de la surveillance des services de renseignement.

Question : « Est-ce que vous avez des gens qui sont payés par la CIA et qui contribuent à un journal américain à grand tirage? »

Réponse : « Nous avons des gens qui présentent des articles à des journaux américains. »

Question : « Avez-vous des gens payés par la CIA qui travaillent pour des réseaux de télévision? »

Réponse : « Ceci, à mon avis, fait partie du… hum… genre de détails, M. le Président, que j’aimerais aborder dans une session exécutive. »

(plus tard)

Question : « Avez-vous des gens qui sont payés par la CIA et qui contribuent aux services de presse nationaux — AP et UPI? »

Réponse : « Encore une fois, j’estime que nous abordons le genre de détails, M. le Président, que je préférerais aborder dans une session exécutive. »

Il est relativement aisé de lire entre les lignes le type de matériel qui était réservé à la session exécutive. Sig Mickelson, alors président du réseau CBS, ajoute que les relations existant entre CBS et la CIA avaient été établies bien avant qu’il n’entre en fonction — et ce n’est qu’un exemple [parmi d’autres]. Compte tenu du fait que 90 % de nos médias [aux États-Unis] ont été consolidés au sein de six grandes entreprises au cours de la dernière décennie, il n’est pas difficile de voir que vous ne devriez pas croire volontiers tout ce que vous voyez, entendez ou lisez dans les « nouvelles ».

« Il me semblait vraiment préoccupant que des articles fabriqués visant un objectif national reviennent au pays et y soient publiés, parce que cela voudrait dire que la CIA peut manipuler les nouvelles aux États-Unis en les faisant passer par un pays étranger », a déclaré le représentant démocrate (Idaho) Frank Church lors d’une conférence de presse tenue dans le cadre de ces audiences. Church dirigeait la commission Church, précurseure de la commission du Sénat sur les services de renseignement, chargée d’enquêter sur les activités de cueillette de renseignement illégales de la NSA, de la CIA et du FBI.

Cette tactique — placer de la désinformation dans des médias étrangers en sachant que cette désinformation referait surface aux États-Unis, en vue de contourner les règles relatives aux activités domestiques — a été spécifiquement défendue en 1981 par William Casey comme étant légale tout simplement parce qu’elle ne provenait pas du sol américain.

truman_ciaL’ancien président Harry S. Truman, qui a supervisé la création de la CIA en 1947 lorsqu’il a signé la National Security Act [loi sur la sécurité nationale], a plus tard écrit qu’il n’avait jamais eu l’intention que la CIA serve à autre chose qu’à recueillir des renseignements. « Je ne pensais aucunement, quand j’ai mis sur pied la CIA, qu’elle serait engagée dans des activités clandestines en temps de paix », a écrit Truman en 1963, un an après la désastreuse opération de la CIA à la baie des cochons.

Encore une fois, ne perdez pas ceci de vue quand vous regardez les « nouvelles » diffusées par les grands médias dans ce pays [États-Unis] :

« Dans leur propagande, les dictateurs d’aujourd’hui s’appuient essentiellement sur la répétition, la suppression et la rationalisation — la répétition de mots clés qu’ils désirent faire accepter comme étant la vérité, la suppression de faits qu’ils désirent voir ignorés, l’attisement et la rationalisation de passions qui peuvent servir les intérêts du Parti ou de l’État. En comprenant mieux l’art et la science de la manipulation, les dictateurs de l’avenir apprendront sans aucun doute à combiner ces techniques aux distractions incessantes qui, dans l’Ouest, menacent maintenant de submerger dans une mer d’inepties la propagande rationnelle essentielle au maintien des libertés individuelles et à la survie des institutions démocratiques. »

— Aldous Huxley, Propagande dans une société démocratique

Source : Global Research, 30 août 2015

Copyright © Melissa Dykes, Truthstream Media, 2015

Traduit par Henri Thibodeau Galloping HorseHenri’s Web Space


Également sur Henri’s Web Space

Save

Save

Save

Save

Save

Save

Advertisements
This entry was posted in Guerre psychologique / Désinformation and tagged , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply | Laissez un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s