Convulsions terrestres, dérèglements planétaires et vagues d’énergie cosmique pour terminer 2016 : que nous réserve 2017?

Alerte sur la ceinture du Pacifique tandis que de colossales vagues d’énergie cosmique frappent la Terre

Skywatch Media News | 30 décembre 2016

Traduit par Henri Thibodeau RiderInBlack Henri’s Web Space — avec la permission de l’auteur

  • Notes [entre crochets] et de cette couleur insérées par le traducteur.
  • Je vous suggère d’ouvrir la vidéo dans une autre fenêtre et de suivre avec le texte ci-dessous.

Dernière semaine de décembre 2016.

Un des plus importants événements galactiques et cosmiques de l’histoire se déroule peut-être sur Terre en ce moment. De puissantes ondes d’énergie sont détectées par nos instruments scientifiques, comme l’équipement utilisé pour le MIMIC (Morphed Integrated Microwave Imagery, imagerie micro-ondes intégrée par morphage) au CIMSS (Cooperative Institute for Meteorological Satellite Studies, institut coopératif pour les études météorologiques par satellite). La puissance et l’énergie colossales requises pour générer ce type d’ondes sont formidables, comme on peut le voir dans ces images percutantes [exemple ci-dessous] pour le mois de décembre.

Quelque chose de curieux est en train de se produire, à tel point que nombre de journalistes dans les médias alternatifs, ainsi que des prophètes religieux contemporains, des scientifiques alternatifs, des blogueurs, des dénonciateurs et la communauté « éveillée » font activement état de ce phénomène incroyable, qui se produit actuellement pendant le solstice d’hiver de 2016.

dec-27-chart

Bien que certains d’entre vous ont employé un langage « distinctif » pour exprimer votre opinion à mon égard et à l’égard de l’exactitude de mes présentations, il y a une chose que je veux que vous sachiez tous, particulièrement ceux qui demeurent sceptiques et provocateurs. Le rôle d’un journaliste est de rapporter « la vérité » en s’appuyant sur l’évidence vérifiable disponible quant aux événements et aux développements en cours sur cette planète — eh oui, c’est une planète, et non une surface plane avec un dôme artificiel flottant au-dessus de nos têtes, comme plusieurs d’entre vous l’ont suggéré avec emphase.

Voici la réalité. En tant que reporteur se penchant sur ce qui suscite actuellement d’intenses spéculations sur Internet par l’entremise de plusieurs vidéos qui émergent sur YouTube, apparemment appuyées sur des données géophysiques quantifiables, plusieurs événements révélateurs se sont récemment produits qui ouvrent une fenêtre sur ce que se produit en ce moment.

Par conséquent, je vais vous présenter l’information qui suit, et ce sera à vous de déterminer si ces événements sont fortuits, où s’ils peuvent effectivement être associés à ces spéculations concernant une onde d’énergie qui inondent actuellement l’univers de l’Internet. En tant qu’observateur et reporteur, je suis contraint de vous présenter à tout le moins de l’information qui pourrait s’avérer prophétiquement exacte en fonction de tendances factuelles passées et présentes. Jetons d’abord un coup d’œil au passé pour mieux comprendre ce qui se produit actuellement.

pulsar

Plusieurs blogueurs populaires sur Internet tendant à se spécialiser dans les données géoastrophysiques nous ont avertis qu’une forme quelconque d’énergie galactique bombarderait la Terre vers la fin de décembre 2016. Ils soutiennent que de colossales vagues d’ondes électromagnétiques cosmiques ont déjà atteint la Terre, apparaissant sur l’imagerie micro-ondes (MIMIC) sous la forme d’une curieuse anomalie, à défaut d’autre chose.

energy-pulse

La plus intense émission jamais enregistrée (100 fois plus puissante que toute autre détectée à ce jour) provenait de la puissante dégradation du champ magnétique du magnétar SGR 1806-20, le 27 décembre 2004. Elle est fortement associée au tremblement de terre d’une magnitude de 9,1 qui s’est produit à l’ouest de Sumatra, en Indonésie, le 26 décembre 2004. Suivi d’un tsunami qui a entraîné la mort de plus d’un quart de million (280 000) de personnes dans l’ouest du Pacifique et l’océan Indien, il est devenu le quatrième désastre naturel le plus meurtrier en plus de 100 ans.

Malgré son modeste diamètre de 12 miles (20 km), SGR 1806-20 est l’objet le plus fortement magnétisé jamais découvert. L’impulsion lumineuse de la fin décembre 2004 était invisible à l’œil humain, tombant dans le spectre énergétique des rayons gamma, mais beaucoup plus puissante que la lumière visible ou les rayons X.

sgr-1806-20

L’explosion de SGR 1806-20, qui est survenue à 50 000 années-lumière de la Terre, a finalement atteint notre planète le 27 décembre 2004 (après que son éruption solaire soit survenue il y a des milliers d’années), devenant le plus intense événement à être détecté de la Terre en provenance de l’extérieur de notre système solaire.

L’ionosphère illuminée située à l’extrémité extérieure de l’atmosphère supérieure de la Terre a été en fait partiellement ionisé par la radiation magnétique de cette impulsion. Notre magnétosphère, cette couche protectrice qui s’étend à 370 000 miles (600 000 km) au-dessus de la surface de la Terre, a été endommagée par cette intense radiation magnétique [d’origine] galactique.

Incroyablement, cette impulsion provenant d’un magnétar observée il y a une douzaine d’années a libéré plus d’énergie en à peine plus d’un dixième de seconde que toute celle émise par notre propre soleil au cours des 150 000 dernières années. Voilà à quel point ces magnétars peuvent être incroyablement puissants — cela semble incompréhensible pour l’esprit humain limité.

Comme aucun événement comparable à celui-ci n’a jamais été si attentivement observé, enregistré et analysé, il a fallu que deux mois s’écoulent avant que la NASA émette finalement son explication officielle sur son site web, en février 2005, des conclusions de la communauté scientifique mondiale quant à ce qui, selon eux, s’était produit. La NASA en a conclu :

Une éruption si proche et si puissante porte à se demander si une impulsion de rayons gamma encore plus puissante, endommageant l’atmosphère, n’a pas été responsable de l’une des extinctions massives survenues sur Terre il y a des centaines de millions d’années.

Le champ magnétique de la Terre a été gravement endommagé par de fortes tempêtes (ou éruptions) solaires en juin 2015, lorsque pendant un intervalle de deux heures notre champ magnétique s’est contracté de onze fois le rayon de la Terre à seulement quatre fois celui-ci. Le mois dernier [novembre 2016], on a constaté qu’une fissure gigantesque dans le bouclier magnétique de la Terre permettait aux rayons cosmiques nocifs de s’engouffrer dans notre atmosphère, provoquant des tempêtes géomagnétiques dans l’hémisphère nord.

Des scientifiques ont déterminé que le champ magnétique [de la Terre] s’affaiblit de 5 % tous les dix ans, au lieu du rythme habituel de 5 % tous les 100 ans. Ceci indique que le déplacement des pôles [magnétiques] se produit possiblement beaucoup plus rapidement que le cycle normal antérieurement anticipé. L’apparente imminence d’un nouveau renversement des pôles est un sujet d’inquiétude.

magnetic-shield

Ces tendances inquiétantes s’expliquent par les dommages cumulés déjà subis lors de l’impulsion de 2004 qui a détruit une portion de notre bouclier magnétique protecteur, réduisant la résistance de la Terre à de nouvelles destructions par les éruptions solaires et galactiques qui frappent l’atmosphère et la croute terrestres. Ceci provoque un réchauffement interne et une déstabilisation du noyau ferreux et du manteau métallique visqueux de la Terre, entraînant une recrudescence de secousses telluriques et volcaniques en surface, comme cela a été observé ces dernières années.

Les fluctuations magnétiques internes et externes sont directement liées au déplacement des plaques tectoniques de la Terre. Les éruptions solaires et galactiques qui perturbent notre magnétosphère jouent un rôle important dans l’augmentation fulgurante des tremblements de terre et des éruptions volcaniques de forte amplitude qui se produit actuellement sur notre planète.

earthquakes-map

Les changements majeurs enregistrés sur la Terre sont également observés à la surface et dans l’atmosphère d’autres planètes dans notre système solaire, et ils n’ont rien à voir avec les niveaux de C02 dus à l’activité humaine. Il s’agit là d’une théorie insoutenable de la part des mondialistes qui promeuvent agressivement un nouvel ordre mondial.

Le réchauffement actuel de la planète, et l’activité tellurique et volcanique qui l’accompagne, sont dus en grande partie à l’érosion de notre couche protectrice, la magnétosphère, qui a subi les chocs presque mortels d’éruptions radioactives solaires et galactiques (et de vents solaires) — et elle est en voie de s’effondrer rapidement.

Incidemment, comme vous le savez probablement, Obama a signé en octobre [2016] un décret présidentiel [voir « C’est venu de l’espace » dans cet autre article] prévoyant du financement et visant [apparemment] à avertir la population de la possibilité d’un désastreux événement climatique provenant de l’espace — comme s’il savait qu’un tel événement approche à grands pas.

Un autre phénomène augmentant nos risques a quant à lui été malicieusement perpétré par l’élite. Au cours des 20 dernières années, la géoingénierie, par l’entremise de vastes activités de pulvérisation par aérosol [chemtrails], a provoqué une toxicité hautement dommageable, faisant insidieusement pleuvoir des métaux lourds dans notre atmosphère, notre sol, notre eau, notre chaîne alimentaire, nos poumons, tout en décimant nos arbres et les espèces animales.

Ces métaux nocifs comme l’aluminium, le baryum et le strontium sont des conducteurs électriques qui contribuent à ioniser notre basse atmosphère ainsi que l’ionosphère. Les technologies évoluées de modification climatique à des fins militaires ont contribué au réchauffement de l’Arctique, entre autres régions. La technologie HAARP n’est rien d’autre qu’un système de chauffage pour l’ionosphère.

Cette technologie climatique contribue par ailleurs à la destruction de la couche d’ozone, permettant aux radiations ultraviolettes nocives ainsi qu’aux rayons X et gamma d’inonder notre biosphère.

Il s’agit d’une spirale vicieusement nocive qui ne produit aucun avantage positif ou bénéfique pour la vie sur la planète Terre.

Planet XCertains théorisent également que la pulvérisation par aérosol intensive vise à camoufler volontairement les observations du mystérieux système dont ferait partie la Planète X.

Vous avez maintenant un meilleur aperçu des développements alarmants qui, au cours des dernières années, ont offert un modèle empirique d’effets et de résultats discernables qui pourraient bien annoncer les événements qui sont prédits pour notre avenir immédiat.

Ce qui nous amène à ce qui se produit actuellement. Le 17 décembre [2016], le tremblement de terre le plus important de l’année a atteint 7,9 sur l’échelle [Richter], frappant une île du sud du Pacifique située à l’est de la Nouvelle-Guinée et surpassant le tremblement de terre de 7,8 survenu le 8 décembre près des îles Salomon.

Le même jour, le plus puissant tremblement de terre [de l’année] aux États-Unis (6,5) a secoué la côte du nord-ouest de la Californie. Cent-quatre personnes sont mortes en Indonésie le jour précédent lorsqu’un autre tremblement de terre de 6,5 a secoué le nord de Sumatra. Quelques heures avant ces secousses, les séismographes de l’USGS partout sur la planète avaient commencé à détecter une activité inhabituelle — avant même que des tremblements de terre se produisent.

Puis, le jour de Noël, un énorme tremblement de terre de 7,6 a secoué le Chili, provoquant une alerte au tsunami, alors qu’un énorme typhon frappait simultanément les Philippines, laissant en plan des milliers de personnes. Trois jours plus tard, le 28 décembre, une série de tremblements de terre a secoué le Nevada, tandis que plus de 700 secousses ont été détectées en Californie au cours de la même semaine.

Dès le 1er décembre, les séismographes partout sur la planète indiquaient uniformément le même mystérieux motif d’anomalies coïncidant avec une récente salve de tremblements de terre plus importants au cours des dernières semaines. En plus de la dernière secousse de 5,6 à avoir frappé la Nouvelle-Zélande le 22 décembre, une autre secousse de 7,8 a également frappé ce pays le mois dernier [novembre 2016].

Au total, 52 tremblements de terre d’une amplitude de 5,5 ou plus sont survenus uniquement au cours des 30 derniers jours. Les spéculations se sont rapidement répandues concernant un noyau terrestre « agité ».

earth-core

Notre planète n’est pas seule à être devenue agitée — toutes les créatures qui l’habitent sont aussi affectées. Les épisodes de plus en plus fréquents de mortalités de masse dans les populations animales; les sons mystérieux provenant du ciel et de « sous nos pieds », maintenant entendus par de nombreux humains; les manipulations téméraires de la nature par les humains (que ce soit par des modifications climatiques militaires contre nature ou des désastres artificiels au moyen d’armes à impulsion électromagnétique [EMP]); et l’intensification du feu croisé entre les transgressions de l’humanité à l’endroit de la Terre et les réverbérations terrestres au cours des derniers mois, tout cela nous porte intuitivement et logiquement à conclure que « quelque chose doit lâcher ».

La Terre est affectée par une augmentation importante de tremblements de terre plus violents depuis le début de ce siècle. En outre, le nombre de volcans actifs en éruption dépasse déjà la barre des 50, ce qui est plus élevé que jamais auparavant — un contraste frappant avec la moyenne annuelle de 35 volcans actifs le siècle dernier. Bien que le dernier super-volcan soit entré en éruption il y a 74 000 ans, la caldeira de Yellowstone est peut-être actuellement la plus active au monde — elle a explosé il y a 640 000 ans. Les émissions de cendres d’un super-volcan seraient suffisantes en elles-mêmes pour entraîner une extinction massive. Des experts soutiennent que nous sommes maintenant au point de probabilité le plus élevé, avec 5 à 10 % de probabilité d’une super éruption volcanique dans les 80 années à venir.

volcanic-ash-cloud

Jetons un coup d’œil à ce qui se passe en ce moment même. Au cours des 22 dernières heures, une activité volcanique troublante s’est développée un peu partout sur la planète.

  • Le volcan Bogoslof, dans les îles Aléoutiennes en Alaska, est en alerte rouge et il génère une énorme quantité de cendres comme on peut le voir sur une image satellite.
  • Le volcan de Colima, au Mexique, a produit plusieurs explosions le 27 décembre, comme on peut le voir dans la vidéo.
  • Et au Pérou, le volcan Sabancaya a [aussi] explosé [le 27 décembre], plongeant le pays dans un état d’urgence et entraînant une évacuation massive.
smithsonian-volcanic-activity-report

Rapport d’activité volcanique hebdomadaire — 21 au 27 décembre 2016 | Prochaine mise à jour le 4 janvier

Entretemps, notre magnétosphère protectrice s’affaiblit tandis que les éruptions solaires et galactiques s’intensifient. Chacun de ces développements en cours est inquiétant en soi, mais jumelez-les aux récentes et curieuses anomalies observées au cours des dernières semaines, en plus des nouvelles vagues d’énergie qui sont sur le point d’entrer en collision avec la Terre, et il semble plausible que de nouvelles catastrophes soient sur le point de survenir.

sun-screen-shot-2017-01-03-at-5-15-55-pmUn immense trou coronal est apparu sur le soleil depuis la publication de cette vidéo, comme on peut le voir sur cette capture d’écran, propulsant de puissants vents solaires qui devraient incessamment atteindre la Terre. Source : Solar Dynamics Observatory (SDO) / NASA

Avec des changements physiques concrets scientifiquement confirmés affectant l’ensemble des corps célestes et des planètes dans notre système solaire, et des indications de plus en plus nombreuses laissant supposer la présence de la Planète X/Nibiru en approche de la Terre, les anomalies actuellement observées peuvent également être partiellement attribuées à l’existence probable du système de cette étoile jumelle.

Si les derniers jours de 2016 ne produisent aucun tremblement de terre ou aucune éruption volcanique d’importance, l’humanité l’aura alors échappé belle, et nous pourrons nous compter chanceux tout en accueillant ensemble la nouvelle année.

Évidemment, les grands médias s’empresseront de souligner que les propagateurs de « fausses nouvelles » sur Internet et les « dingues de complots » se seront encore une fois trompés pour rejoindre l’incessant défilé des annonciateurs de désastres.

S’il y a une leçon à retirer de tout cela, peut-être devrions-nous être plus attentifs à ces analystes sur Internet qui sont plus doués et plus aptes qu’on ne veut bien le reconnaître, tout en étant suffisamment audacieux pour prendre des risques afin de nous avertir.

Peu importe ce qui se produira, 2017 sera une année intéressante. Peut-être cette fois-ci marquera-t-elle enfin un nouveau départ : un changement spirituel transformateur, en chacun de nous, qui se manifestera profondément par des changements extérieurs et des expériences positifs.

Quel que soit le résultat, c’est une époque importante où être en vie et témoigner de ces événements qui se produisent.

looking-at-the-horizon

Save

Advertisements
This entry was posted in Géoingénirie et changements climatiques, Planète X | Nibiru and tagged , , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply | Laissez un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s