Trump ne renonce pas à déclarer un état d’urgence nationale

Le président Donald Trump a déclaré à plusieurs reprises au cours de la semaine dernière avoir le droit absolu de déclarer une situation d’urgence nationale en raison de la crise humanitaire et de sécurité nationale que représente la situation à la frontière avec le Mexique s’il ne parvient pas à un compromis négocié avec les représentants du Parti démocrate au Congrès.

Adresse à la nation

Au cours de son adresse à la nation, le mardi 8 janvier en soirée, Trump n’a pas pas fait allusion à une déclaration de situation d’urgence nationale. Plusieurs s’attendaient à ce qu’il fasse une telle déclaration et même à ce qu’il déclare la loi martiale au cours de cette allocution. Toutefois, il s’est contenté de défendre sa position quant à l’urgence de construire un mur ou une barrière à la frontière des États-Unis avec le Mexique.

Le point fort de cette allocution a été son espoir d’en arriver à un compromis lors de la rencontre prévue pour le lendemain, mercredi 9 janvier, avec les hauts dirigeants du Parti démocrate au Congrès, notamment Chuck Schumer et Nancy Pelosi, compromis qui permettrait de mettre un terme à la suspension partielle des services publics et de débloquer les fonds nécessaires pour la construction d’un mur ou d’une barrière avec le Mexique.

Chuck Schumer (leader de la minorité démocrate au Sénat) et Nancy Pelosi (leader de la majorité démocrate à la Chambre des représentants) lors de leur réplique à l’allocution du président, 8 janvier. Ils ont accusé le président de désinformer et d’effrayer la population.

Rencontre avortée

Cette rencontre du 9 janvier n’a duré que quelques instants. Trump a rapidement quitté la salle de réunion devant le refus catégorique de Nancy Pelosi d’aborder un quelconque compromis concernant la construction du mur frontalier.

Trump s’est empressé de tweeter le message suivant à sa sortie de la rencontre :

Je sors d’une rencontre avec Chuck et Nancy, une simple perte de temps. J’ai demandé ce qui allait se produire dans 30 jours si je débloque rapidement les choses, allez-vous approuver la sécurité frontalière incluant un mur ou une barrière? Nancy a dit, NON. J’ai dit bye-bye, rien d’autre ne fonctionne!

Dans les jours suivants, les journalistes lui ont demandé à plusieurs reprises pourquoi il n’avait pas déclaré de situation d’urgence nationale lors de son adresse à la nation, et qu’est-ce qui pourrait le pousser à le faire. Trump a répondu sans ambages avoir « le droit absolu » de déclencher un état d’urgence nationale, et qu’il le ferait s’il ne parvenait pas à négocier un compromis avec l’opposition démocrate.

J’inclus ci-dessous une liste de liens vers des vidéos reliées à cette affaire publiées sur YouTube au cours de la semaine.

Henri Thibodeau RiderInBlack Henri’s Web Space

About Henri Thibodeau

Freelance writer and translator based in Quebec, Canada.
This entry was posted in En français, Politique américaine and tagged , , , , , , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply | Laissez un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s