Si j’étais le Diable…

English abstract
If I were the Devil… Resurfacing of Paul Harvey’s prophetic warning
Paul Harvey-2005I owe thanks to one of my two beloved sisters for making me aware of this prophetic warning from American radio commentator and syndicated columnist Paul Harvey, who from the mid-1960s onwards featured it many times over the course of his long career, periodically updating it to incorporate current trends. Read more on Snopes, which I always consult with my B.S. Detector on full sensitivity, but which I feel we can trust on this one. The article includes an audio file (also posted below) with transcripts. Photo: Harvey receiving the Presidential Medal of Freedom in 2005.

Paul Harvey

DemonDans la trame sonore qui suit, le commentateur et journaliste américain Paul Harvey Aurandt (1918-2009) lit un texte qu’il a rédigé dans les années 1960 et qu’il a repris plusieurs fois par la suite tout au long de sa longue carrière à la radio et dans les journaux américains. Malheureusement très prophétique.

En passant, si j’étais le Diable, je m’efforcerais aussi de vous convaincre que je n’existe pas…


Si j’étais le Diable…

Par Paul Harvey Aurandt  | Source : Snopes.com

Si j’étais le prince des ténèbres, je voudrais plonger le monde entier dans les ténèbres.

Je possèderais le tiers de ses terres et 80 pour cent de sa population, mais je ne serais pas satisfait avant d’avoir saisi la pomme la plus mûre sur l’arbre — toi-même.

Alors, je commencerais par conquérir les États-Unis par tous les moyens nécessaires.

Je déstabiliserais tout d’abord les églises, en commençant par une campagne de murmures.

Avec la finesse d’un serpent, je vous chuchoterais comme j’ai chuchoté à Ève : « Fais comme bon il te semble ».

Aux jeunes, je murmurerais que la Bible est un mythe. Je convaincrais les enfants que l’homme a créé Dieu, et non l’inverse. Je suggérerais que ce qui est mal est bien, et que ce qui est bien est tout à fait acceptable.

Aux personnes âgées, j’enseignerais de prier avec moi, « Notre Père qui êtes à Washington… »

Ensuite, je m’organiserais; j’enseignerais aux auteurs comme écrire une littérature malsaine si passionnante que toute autre chose semblerait ennuyeuse et sans intérêt.

Je fournirais des narcotiques à la ronde. Je vendrais de l’alcool aux dames et aux gentlemen bien élevés. Je tranquilliserais le reste avec des pilules.

Si j’étais le Diable, je déclencherais bientôt des conflits au sein des familles, entre les églises, et entre les nations – jusqu’à ce que chacune soit tour à tour détruite.

Et avec des promesses de meilleures cotes d’écoute, je subjuguerais les médias qui attisent les flammes.

Si j’étais le Diable, j’encouragerais les écoles à raffiner les jeunes intellects, mais à négliger la discipline des émotions. Je dirais aux enseignants de laisser ces étudiants se défouler sans restreinte. Et avant même de vous en rendre compte, vous auriez des chiens dépisteurs de drogue et des détecteurs de métal aux portes de chaque école.

En dix ans, j’aurais des prisons pleines à craquer et des juges faisant la promotion de la pornographie. Bientôt, j’expulserais Dieu des tribunaux, puis des écoles, et ensuite des chambres du Congrès.

Dans ses propres églises, je remplacerais la religion par la psychologie, et je diviniserais la science. Je séduirais les prêtres et les pasteurs pour qu’ils abusent des garçons et des filles, ainsi que du trésor de leur église.

Si j’étais le Diable, je prendrais ce qui appartient aux mieux nantis pour le donner à ceux qui convoitent, jusqu’à ce que j’aie détruit tout motif d’ambition.

Seriez-vous prêts à parier que je ne pourrais pas convaincre des états entiers à faire la promotion du jeu comme moyen de s’enrichir?

Je convaincrais les jeunes que le mariage est vieux jeu, que l’échangisme est plus amusant, et que ce que vous voyez à la télévision, c’est la vraie vie.

Ainsi, je parviendrais à vous dévêtir en public et à vous amener au lit pour y attraper des maladies incurables.

Autrement dit, si j’étais le Diable, je n’aurais qu’à continuer de faire ce qu’il fait déjà.

Quand il profère le mensonge, il parle de son propre fonds, parce qu’il est menteur et père du mensonge. – Jean 8:44

Traduit par Henri Thibodeau RiderInBlack Henri’s Web Space

Vous pouvez librement reproduire cet article, mais sans en modifier le contenu et en mentionnant clairement l’auteur, le traducteur et la source, avec un lien actif vers l’article original.

Advertisements
This entry was posted in Religion, spiritualité et surnaturel, Religion, Spirituality & Supernatural and tagged , , , . Bookmark the permalink.

Leave a Reply | Laissez un commentaire

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s